Optimisation énergétique et thermique des bâtiments
efficacité énergétique et thermique des batiments efficacité énergétique et thermique des batiments Beibi
mail beibi interrogez-nous
Afficher l'animation

L’audit énergétique permet à partir d’une analyse détaillée des données du bâtiment, de dresser une proposition chiffrée et argumentée d’économie d’énergie cohérente avec les objectifs du Grenelle de l’Environnement.

L’audit énergétique s’attache à l’existant mais peut conduire à recommander des études complémentaires pour une modification structurelle importante (étude de faisabilité visant à introduire des énergies renouvelables par exemple). 
 
L’audit énergétique est un préalable :
  • à un projet avant sommaire détaillé,
  • à une mission d’ingénierie nécessaire à la mise en place d’une comptabilité énergétique.
La prestation d’audit peut comprendre également un accompagnement permettant de préparer la mission de maîtrise d’œuvre.
Situation où se trouve le donneur d’ordres
L’audit énergétique peut s’envisager dans les cas principaux suivants :
  • soit comme un approfondissement du pré-diagnostic d’un COE (Conseil d’Orientation Énergétique) sur les bâtiments à forts enjeux ou techniquement complexes,
  • soit dans le cadre d’un bâtiment très énergivore de taille et de complexité avéré,
  • soit pour des bâtiments tertiaires à usage tertiaire dans lesquels s’exerce une activité de service public,
  • soit bâtiments de l’état,
  • soit de copropriétés d’habitation de plus de 50 lots.
  • soit pour des bâtiments de plus de 1000m² et au coût de rénovation supérieur de 25% au prix du bâtiment).
Objectifs
L’audit énergétique doit être l’outil d’aide à la décision chiffré et précis du maître d’ouvrage sur le programme des interventions que nécessite le ou les bâtiments pour leur optimisation et efficacité énergétique.
 
L’audit énergétique a plusieurs objectifs définis à partir de 3 scénarios d’améliorations :
  • Le premier correspond, à minima, aux exigences réglementaires qui s’impose lors de réhabilitation (Arrêté du 13 juin 2008)
  • Le second correspond à un objectif de performance intermédiaire de 50 x (a+b) kWhEP/m².an,
  • Le troisième correspond à une réduction de 75% des consommations globales d’énergie des bâtiments (réhabilitation facteur 4).
Ces programmes d’actions devront impérativement proposer plusieurs niveaux de performance énergétique après travaux, avec les objectifs suivants :
  • Le niveau réglementaire,
  • Un niveau équivalent à 50kWh/m².an,
  • Un niveau de réduction de 75% des consommations totales du bâtiment (« Facteur 4 »).

Les plus de BEIBI